Randonne

18.07.2017 - Bourse suisse : Ethos en faveur de plus de clarté lors de l’utilisation des indicateurs alternatifs de performance financiers

La Bourse suisse SIX Swiss Exchange a mis en consultation une nouvelle directive concernant les Indicateurs Alternatifs de Performance (IAP). Ethos soutient la proposition d’introduire une nouvelle directive qui vise à promouvoir la clarté et la transparence dans l’utilisation de tels indicateurs.

Ethos constate en effet depuis plusieurs années la multiplication du recours par les entreprises à des indicateurs alternatifs de performance. Cela est particulièrement le cas lors de communiqués de presse des résultats des entreprises, ainsi que dans le cadre des rapports de rémunérations des émetteurs. Les informations supplémentaires demandées sont cruciales pour permettre aux investisseurs de bien comprendre les indicateurs alternatifs de performance utilisés par certaines sociétés.

Toutefois, Ethos considère que la directive devrait être plus contraignante quant à l’utilisation de ces indicateurs. En effet, Ethos est d’avis que la directive devrait également obliger les émetteurs à justifier et expliquer la raison pour laquelle des indicateurs alternatifs de performance sont utilisés. De plus, la directive devrait obliger les émetteurs à réconcilier les indicateurs alternatifs de performance avec les indicateurs publiés selon la norme comptable, en identifiant les ajustements effectués.

Réponse d’Ethos à la consultation de la Bourse suisse

14.07.2017 - Oui à plus de transparence sur les mandats de conseil des Proxy Advisors (conseillers en vote)

La Bourse suisse SIX Swiss Exchange a mis en consultation une nouvelle disposition de sa directive concernant les informations relatives à la Corporate Governance. En l’occurrence, il s’agit d’obliger les sociétés cotées à publier le nom des Proxy Advisors (conseillers en vote) qu’elles ont mandatés pour effectuer des services autres que le conseil en vote. Dans ces cas, les montants des honoraires versés à ces Proxy Advisors doivent également être communiqués. Ethos est favorable à cette nouvelle disposition qui vise à lutter contre les conflits d’intérêt de certains conseillers en vote.

La proposition de SIX Swiss Exchange d’augmenter la transparence sur les mandats des Proxy Advisors autres que le conseil en vote est saluée par Ethos. Ces informations supplémentaires sont cruciales pour permettre aux investisseurs de prendre connaissance et d’évaluer les éventuels conflits d’intérêt des Proxy Advisors dans le cadre de la préparation de leurs analyses et recommandations de vote.

Toutefois, Ethos considère qu’il n’est pas suffisant de publier uniquement le nom du Proxy Advisor et le montant des honoraires comme proposé par la SIX Swiss Exchange dans le cadre de cette consultation. Pour Ethos, il est important de compléter l’information avec la communication du type de mandats (par exemple, mandat de conseil en matière de système de rémunération). En effet, les investisseurs doivent savoir quels types de services ont été effectués par les conseillers en vote pour identifier un éventuel potentiel conflit d’intérêts. Cela doit permettre de savoir sur quels points de l’ordre du jour de l’assemblée générale un tel conflit d’intérêts pourrait altérer l’objectivité du jugement du Proxy Advisor dans le cadre de la formulation de ses recommandations de vote.

Ethos va encore un pas plus loin en considérant que certains types de mandats sont incompatibles avec la fonction de Proxy Advisor et devraient être simplement interdits. En effet, un Proxy Advisor dispose d’une grande influence sur les actionnaires par le biais de ses recommandations de vote. Cela requiert une indépendance irréprochable vis-à-vis des sociétés analysées. Par exemple, un conseiller en vote est face à un conflit d’intérêt majeur s’il fournit des mandats de conseil en matière de composition du conseil d’administration ou sur la politique de rémunération, puisqu’il formule également des recommandations de vote sur ces mêmes sujets. Par analogie, on ne saurait imaginer qu’un réviseur révise les comptes qu’il aurait lui-même établis.

Réponse d’Ethos à la consultation de la Bourse suisse sur la révision de la Directive en lien avec les Proxy Advisors

Consultation de SIX Swiss Exchange

05.07.2017 - Dialogue actionnarial : Ethos et plusieurs grands investisseurs demandent aux sociétés et aux gouvernements d’agir en faveur des droits humains et du climat

Droits Humains : Ethos et d’autres investisseurs globaux poussent des grandes sociétés textiles à améliorer les conditions de travail au Bangladesh

Suite à la tragédie du Rana Plaza, il y a quatre ans, « l’Accord sur la sécurité incendie et bâtiments » au Bangladesh (« l’Accord ») a créé un cadre légalement contraignant d’une durée de cinq ans pour effectuer des inspections d’usines afin d’identifier et de corriger des défaillances en matière de sécurité au travail dans l’industrie textile au Bangladesh. En publiant une déclaration à l’occasion du 4ème anniversaire de la tragédie du Rana Plaza ce printemps, une coalition d’investisseurs institutionnels, parmi lesquels Ethos et les membres du Ethos Engagement Pool International, a fortement encouragé la prolongation de l’Accord jusqu’à la finalisation des mesures de correction.

Faisant suite à cette déclaration, Ethos et les membres du Ethos Engagement Pool International ont écrit une lettre à huit sociétés membres de l’Accord demandant sa prolongation aussi longtemps que nécessaire pour remédier aux problèmes restants et l’élargissement de son but pour y inclure la liberté syndicale et le droit à la négociation collective pour les travailleurs.

Le 29 juin 2017, plusieurs sociétés et syndicats ont décidé de renouveler l’Accord pour une durée additionnelle de trois ans, à partir de l’expiration de l’Accord actuel prévue en mai 2018. L’Accord renouvelé inclut les mêmes buts que le précédent, comme par exemple effectuer des inspections au niveau de la sécurité des bâtiments, la formation des travailleurs sur les protocoles de santé et de sécurité au travail et la correction de tous les problèmes restants. Il inclut cependant des améliorations, comme par exemple le droit à des indemnités de départ pour les employés qui perdent leur travail ou qui sont relocalisés pour des raisons de sécurité. Finalement, l’Accord prolongé met aussi davantage l’accent sur la liberté syndicale et le droit à la négociation collective des travailleurs et élargit le champ d’action à d’autres parties de la chaîne d’approvisionnement où des risques similaires existent.

L’explosion d’un brûleur dans une usine de la société Multifabs au Bangladesh le 3 juillet 2017, qui a conduit à plusieurs décès, souligne l’importance du renouvellement et du renforcement de l’Accord pour s’assurer que de tels accidents tragiques soient évités à l’avenir.

Télécharger le communiqué de presse publié par l‘Accord

 

Changement Climatique : Ethos et d’autres grands investisseurs demandent au G20 de maintenir l’action contre le changement climatique

Environ 400 investisseurs institutionnels orientés à long terme, dont Ethos, ont écrit aux chefs d’Etat des pays du G20 les exhortant à respecter, lors du Sommet de Hambourg les 7 et 8 juillet 2017, les engagements pris lors de la conférence sur le climat tenue à Paris en décembre 2015. Les investisseurs soulignent l’urgence que constitue le respect par les pays du G20 du pacte climatique et demandent aux chefs d’Etat de réaliser pleinement leurs contributions nationales, de diriger l’investissement vers une économie faible en carbone et de mettre en place des cadres de reporting financier tenant compte des questions relatives au climat.

Télécharger la lettre signée par les investisseurs

25.04.2017 - Ethos et d’autres investisseurs maintiennent la pression pour plus de sécurité au travail dans l’industrie textile au Bangladesh

Le 24 avril a marqué le quatrième anniversaire de l’effondrement de l’usine Rana Plaza au Bangladesh, qui a provoqué la mort d’au moins 1'100 ouvriers et en a blessé 2'600 autres. A cette occasion, un regroupement de 137 investisseurs globaux avec plus de USD 4.3 trillions d’actifs sous gestion, dont Ethos et les 11 membres de l’Ethos Engagement Pool International, a publié une déclaration saluant le succès de « l’Accord sur la sécurité incendie et bâtiments au Bangladesh » (« l’Accord »).

Suite à cet accident tragique en 2013, Ethos et de nombreux investisseurs institutionnels ont immédiatement réagi en demandant à l’industrie textile qui se fournit au Bangladesh d’indemniser les victimes et de mettre en place des mesures de prévention pour éviter que de telles tragédies ne se reproduisent à l’avenir.  Cette mobilisation a conduit à la conclusion de « l’Accord », signé par des syndicats, des ONG et par plus de 300 marques et détaillants. L’Accord, d’une durée de 5 ans, a créé un cadre contraignant visant à effectuer des inspections d’usines pour identifier et corriger des problèmes électriques, relatifs aux incendies, ainsi que d’autres problèmes structurels liés à la qualité des bâtiments.

Durant les 4 dernières années, 1600 inspections d’usines ont eu lieu et une partie importante des problèmes identifiés a été corrigée. Il ne reste actuellement qu’une année avant la fin du mandat et les investisseurs saluent les progrès significatifs réalisés qui prouvent l’efficacité du modèle « Accord ». Ce dernier a influencé la relation et la responsabilité des marques et des détaillants vis-à-vis de leurs travailleurs dans leurs chaînes d’approvisionnement. Il reste cependant encore d’importantes tâches à accomplir. C’est pourquoi Ethos et les autres signataires de la déclaration encouragent les sociétés concernées de prolonger l’Accord aussi longtemps que nécesaire pour compléter la remédiation des problèmes restants afin d’améliorer la sécurité des travailleurs dans l’industrie textile au Bangladesh.

Déclaration des investisseurs du 24.04.2017

18.04.2017 - Credit Suisse : Ethos maintient ses recommandations de vote pour la prochaine assemblée générale

Ethos a pris bonne note de la décision du Credit Suisse de réduire volontairement la rémunération variable de la direction générale de 40% et de garder les honoraires du conseil d’administration au même niveau que l’année précédente. Pour Ethos, les rémunérations restent malgré tout trop élevées par rapport à la perte de CHF 2,7 milliards enregistrée par le Credit Suisse en 2016.

Ethos maintient donc l’ensemble de ses recommandations de vote émises le 7 avril 2017. Il s’agit en particulier de l’opposition au rapport de rémunération, aux honoraires du conseil d’administration, aux montants des rémunérations fixes et variables de la direction, ainsi qu’à la réélection du Président Urs Rohner et du Vice-président Richard Thornburgh.

Analyse complémentaire de l’assemblée générale de Credit Suisse

 

Copyright © 2016 Ethos Académie - Place de Cornavin 2 - Case Postale CH-1211 Genève 1 - T +41 (0)22 716 16 99 - Impressum